Syndrome d’histoplasmose oculaire présumée (POHS)
Mina Laghmari, Omar Lezrek
The Pan African Medical Journal. ;18:268. doi:10.11604/pamj..18.268.4692

Create an account  |  Sign in
PAMJ - Clinical Medicine PAMJ - Clinical Medicine
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Images in clinical medicine

Syndrome d’histoplasmose oculaire présumée (POHS)

Mina Laghmari, Omar Lezrek
Pan Afr Med J. 2014; 18:268. doi:10.11604/pamj.2014.18.268.4692. Published 02 Aug 2014



Un patient âgé de 40 ans, marocain autochtone, sans antécédents particuliers, présente une baisse de l'acuité visuelle (AV) avec métamorphopsies et scotome central de l'oeil droit, apparus depuis quelques semaines. L'examen de l'oeil droit trouve une AV à 1/10 Parinaud 14. L'examen biomicroscopique ne trouve pas de Tyndall de chambre antérieure ni de hyalite. L'examen du fond d'oeil droit met en évidence un décollement sérohémorragique maculaire avec des lésions atrophiques profondes de moins d'un quart de diamètre papillaire, en nasal de la papille et en parafovéolaire inférieur correspondant à des histospots (A). L'examen de l'oeil gauche est normal avec une AV à 10/10 Parinaud 1,5. Cet aspect est évocateur du syndrome d'histoplasmose oculaire Présumée (POHS). L'angiographie fluorescéinique montre au temps précoce un lacis vasculaire profond correspondant à des néovaisseaux sous rétiniens (B), et au temps tardif une diffusion intense des néovaisseaux sous rétiniens avec effet fenêtre au niveau des histospots (C). Décrit initialement par Woods et Whalen puis par Gass, le POHS associe une triade incluant un décollement sérohémorragique de la macula, des cicatrices choriorétiniennes atrophiques de l'aire maculaire ou de la périphérie rétinienne (histospots) et des cicatrices péripapillaires sans aucun signe inflammatoire oculaire. La néovascularisation choroïdienne se développe à partir des cicatrices et siège habituellement dans la région parafovéolaire. Aux USA, la fréquence des réactions positives à l'histoplasmine a fait attribuer cette affection à histoplasmacapsulatum. En Europe et en Afrique les cas d'affections à histoplasmacapsulatum sont rares; on parle d'histoplasmose oculaire présumée.


Corresponding author:
Mina Laghmari, Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat, Université Mohammed V Souissi, Rabat, Maroc
laghmarii@yahoo.fr

©Mina Laghmari et al. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

More images in clinical medicine

 
 
 
 
 
 
 
 
    






PAMJ Images in Medicine and Public Health are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 34 (September - December 2019)

This image


Share this image:

Filter images [Reset filter]

By language

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2019 - Pan African Medical Journal. All rights reserved