Papillomatose confluente et réticulée de Gougerot-Carteaud: à propos d’un cas
Nehal Maja, Ouafa Hocar
The Pan African Medical Journal. ;26:207. doi:10.11604/pamj..26.207.12166

Create an account  |  Sign in
African Case Studies Case studies in Public health
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Images in clinical medicine

Papillomatose confluente et réticulée de Gougerot-Carteaud: à propos d’un cas

Nehal Maja, Ouafa Hocar
Pan Afr Med J. 2017; 26:207. doi:10.11604/pamj.2017.26.207.12166. Published 17 Apr 2017



La papillomatose confluente réticulée est une dermatose rare du sujet jeune, souvent non ou mal diagnostiquée, asymptomatique, d’étiopathogénie inconnue, caractérisée par la présence de papules hyperkératosiques de couleur brunâtre, de petite taille. Les lésions débutent et confluent dans les régions intermammaire et interscapulaire, puis évoluent de façon centrifuge vers d’autres sites anatomiques où elles prennent un aspect réticulé. L’histologie cutanée montre une hyperkératose, une papillomatose, une acanthose modérée, un discret infiltrat dermique superficiel périvasculaire lymphohistiocytaire, ainsi qu’une discrète hyperpigmentation de la couche basale. Les colorations PAS et Rouge Congo sont systématiques de même que le prélèvement mycologique. Les principaux diagnostics différentiels sont le pityriasis versicolor, l’acanthosis nigricans, la maladie de Darier, l’amylose maculeuse et pigmentée et la dermite séborrhéique. Les traitements proposés sont multiples dont le chef de fil est représenté par les cyclines. Nous rapportons le cas d'une adolescente de 19 ans, sans antécédents particuliers, chez qui l'examen clinique a objectivé des papules kératosiques évoluant depuis 3 ans, de couleur brun jaunâtre, de taille variable, intéressant le cou, le décolleté, les régions intermammaire, l’épigastre ainsi que la racine des deux membres supérieurs. A noter que la patiente était traitée a tord comme pytiriasis versicolor récidivant mise sous antifongiques sans amélioration notable. Le Scotch Test est revenu négatif. La biopsie cutanée a confirmé le diagnostic et un traitement à base de cyclines à été instauré à la posologie de 200mg par jour pendant 3 mois. L’évolution a été marquée par une amélioration spectaculaire avec disparition totale de toutes les lésions cutanées.


Corresponding author:
Nehal Maja, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Cadi Ayyad, Service de Dermatologie et Vénéréologie, CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc
n.m.dermato@gmail.com

©Nehal Maja et al. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

More images in clinical medicine

 
 
 
 
 
 
 
 
    






PAMJ Images in Medicine and Public Health are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 27 (May - August 2017)

This image


Share this image:

Filter images [Reset filter]

By language

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2017 - Pan African Medical Journal. All rights reserved