Carcinome épidermoïde vulvaire : pourquoi surveiller unlichen scléro-atrophique
Inssaf Ramli, Badredine Hassam
The Pan African Medical Journal. ;21:48. doi:10.11604/pamj..21.48.6018

Create an account  |  Sign in
Innovations in Measles Elimination Innovations in Measles Elimination
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Images in clinical medicine

Carcinome épidermoïde vulvaire : pourquoi surveiller unlichen scléro-atrophique

Inssaf Ramli, Badredine Hassam
Pan Afr Med J. 2015; 21:48. doi:10.11604/pamj.2015.21.48.6018. Published 22 May 2015



Le carcinome épidermoïde (CE) de la vulve représente 3 à 5% des cancers génitaux de la femme. Il peut survenir sur des lésions de dysplasies liées à une infection à papillomavirus ou sur des lésions de lichen scléreux. Cliniquement, il s'agit d'une ulcération douloureuse ou prurigineuse suintante reposant sur un fond érythroplasique siégeant au niveau de la face interne des grandes lèvres dans 40% des cas. Le caractère superficiel de l'ulcération peut être responsable d'un retard de consultation et de prise en charge. L'histologie permet la confirmation diagnostique en objectivant des kératinocytes atypiques franchissant la membrane basale, regroupés en lobules centrés par des globes cornés. Le CE de la vulve est de mauvais pronostic avec un envahissement essentiellement ganglionnaire et locorégionale. Quant à la prise en charge thérapeutique optimale, il n'y a pas de consensus. La chirurgie reste la pierre angulaire du traitement. La radiothérapie externe et la curiethérapie interstitielle gardent une place prépondérante dans l'arsenal thérapeutique. Nous rapportons le cas d'une femme de 34 ans, suivie depuis 5 ans pour un lichen scléro- atrophique à localisation vulvaire, qui consultait pour une tumeur ulcéro-bourgeonnante, bien limitée, de 3 cm de diamètre, à localisation vulvaire. L'étude histologique était en faveur d'un carcinome épidermoïde. Un bilan d'extension n'a pas révélé de localisation secondaire. La recherche d'une infection sexuellement transmissible était négative. Une vulvectomie totale avec curage ganglionnaire inguinal bilatéral ont permis la guérison de la patiente sans récidive ni de localisation secondaire avec recul de 18 mois.


Corresponding author:
Inssaf Ramli, Service de Dermatologie et Vénérologie, CHU Ibn Sina, Université Mohammed V, Rabat, Maroc
inssaf.ramli@gmail.com

©Inssaf Ramli et al. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

More images in clinical medicine

 
 
 
 
 
 
 
 
    






PAMJ Images in Medicine and Public Health are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 33 (May - August 2019)

This image


Share this image:

Filter images [Reset filter]

By language

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2019 - Pan African Medical Journal. All rights reserved