Plaie isolée du cholédoque post traumatique, lésion inhabituelle: à propos d´un cas
Yacoub Mohamed Sghair, Mohamedou Elhoucein, Ahmed Kane, Elhaj Adda, Mohamed Sidahmed, Mohamed Yeslem Mohamed Abdi, Sidi Med Naji
The Pan African Medical Journal. ;35:77. doi:10.11604/pamj..35.77.16703

COVID-19 CALL COVID-19 CALL
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Case report

Plaie isolée du cholédoque post traumatique, lésion inhabituelle: à propos d´un cas

Cite this: The Pan African Medical Journal. 2020;35:77. doi:10.11604/pamj.2020.35.77.16703

Received: 01 Aug 2018 - Accepted: 13 Nov 2019 - Published: 17 Mar 2020

Mots clés: Traumatisme, cholédoque, péritonite biliaire, mortalité

© Yacoub Mohamed Sghair et al. The Pan African Medical Journal - ISSN 1937-8688. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Available online at: https://www.panafrican-med-journal.com//content/article/35/77/full

Corresponding author: Yacoub Mohamed Sghair, Service de cChirurgie Pédiatrique, Centre Hospitalier Mère et Enfant, Faculté de Médecine de Nouakchott, Nouakchott, Mauritanie (yaccobmed@yahoo.fr)


Plaie isolée du cholédoque post traumatique, lésion inhabituelle: à propos d'un cas

A case study of post-traumatic common bile duct injury: an unusual lesion

Yacoub Mohamed Sghair1,&, Mohamedou Elhoucein2, Ahmed Kane1, Elhaj Adda2, Mohamed Sidahmed3, Mohamed Yeslem Mohamed Abdi4, Sidi Med Naji2

 

1Service de Chirurgie Pédiatrique, Centre Hospitalier Mère et Enfant, Faculté de Médecine de Nouakchott, Nouakchott, Mauritanie, 2Service de Chirurgie Pédiatrique, Centre Hospitalier Mère et Enfant, Nouakchott, Mauritanie, 3Service de Réanimation Anesthésie, Centre Hospitalier Mère et Enfant, Faculté de Médecine de Nouakchott, Nouakchott, Mauritanie, 4Service de Radiologie, Hôpital Militaire de Nouakchott, Nouakchott, Mauritanie

 

 

&Auteur correspondant
Yacoub Mohamed Sghair, Service de cChirurgie Pédiatrique, Centre Hospitalier Mère et Enfant, Faculté de Médecine de Nouakchott, Nouakchott, Mauritanie

 

 

Résumé

La section traumatique du cholédoque est un phénomène extrêmement rare surtout lorsqu'elle est isolée. Habituellement, elle survient suite à une chirurgie des voies biliaires notamment laparoscopique. Cette lésion est souvent associée à une ou plusieurs lésions des organes de voisinage. Nous rapportons un cas de section isolée du cholédoque suite à un traumatisme abdominal chez un enfant âgé de 5 ans pris en charge dans notre service au centre hospitalier mère et enfant de Nouakchott. L'exploration radiologique n'était concluante. Une laparotomie exploratrice a été faite devant un tableau chirurgical a révélé une péritonite généralisée d'origine biliaire secondaire à une plaie du bas cholédoque. Le traitement d'urgence était une toilette avec une dérivation biliaire externe suivie à un mois après par une dérivation bilio-digestive. La complication la plus redoutable de section de cholédoque est la péritonite biliaire. La morbidité postopératoire précoce est de l'ordre 20 à 30% dans la littérature alors que la mortalité est de 0 à 2%. La section traumatique isolée du cholédoque chez l'enfant est une lésion dont le tableau clinique et la conduite thérapeutique doivent être connues afin de diminuer la morbi-mortalité. La prise charge doit être multidisplinaire impliquant le chirurgien pédiatre, le radiologue et le réanimateur anesthésiste.


Traumatic injury of the common bile duct is extremely rare, especially when it is isolated. It usually occurs after laparoscopic biliary tract surgery. This lesion is often associated with one or multiple lesions of the neighborhood organs. We report a case of isolated injury of the common bile duct following abdominal trauma in a 5-year old child treated in our Department at the Mother-Child Hospital in Nouakchott. Radiological exploration didn't provide a conclusive diagnosis. Exploratory laparoscopy was performed because surgery had revealed diffuse biliary peritonitis secondary to a lesion at the bottom of the common bile duct. Emergency treatment was based on lavage with external biliary drainage followed, after a month, by bilio-digestive anastomosis. Life-threatening complication of common bile duct injuries is biliary peritonitis. In the literature, early postoperative morbidity is 20-30% while mortality rate is 0-2%. Isolated traumatic injury of the common bile duct in children is a lesion whose clinical course and therapy should be known in order to decrease morbi-mortality. Treatment is based on a multidisciplinary approach involving the pediatric surgeon, the radiologist and the resuscitating anaesthesiologist.

Key words: Trauma, common bile duct, biliary peritonitis, mortality

 

 

Introduction    Down

Les lésions des voies biliaires extrahépatiques suites à un traumatisme abdominal fermé est une entité extrêmement rare. La vésicule biliaire est souvent l'organe le plus touché par ses traumatismes [1]. Habituellement ce traumatisme est associé à une lésion des organes de voisinage à savoir le foie, le pancréas, le duodénum et la rate [2, 3]. Ces lésions sont généralement méconnues et la laparotomie exploratrice reste le moyen le plus efficace pour identifier cette lésion dans les pays émergeants. Nous rapportons un cas d'une lésion isolée du cholédoque suite à un traumatisme abdominal minime avec une revue de la littérature.

 

 

Patient et observation Up    Down

Il s'agit d'une patiente âgée de 5 ans, victime d'un accident domestique: chute d'une charrette sur l'abdomen. Elle a consulté à notre urgence au 3e jour de l'accident pour une douleur abdominale de l'hypochondre droit (HCD) isolée, l'état hémodynamique a était bon. L'hémoglobine était à 10g/dl, le bilan pancréatique n'a pas été fait. L'échographie abdominale avait montrée un épanchement de faible abondance dans le Douglass. Devant ce tableau l'enfant a été libéré sous traitement antalgique. Le dixième jour du traumatisme cette fille a été hospitalisée dans tableau de péritonite généralisée avec des signes de choc ayant nécessité un remplissage et une mise en place d'une triple antibiothérapie en urgence. En per-opératoire on avait trouvé une péritonite biliaire (Figure 1) par rupture du bas cholédoque, la vésicule biliaire, le foie, le duodénum, la rate et les deux reins sont intactes et les voies biliaires n'étaient pas dilatées. L'enfant a eu une toilette péritonéale abondante avec du sérum physiologique associée a un drainage biliaire externe par une sonde naso-gastrique N° 6 et un drainage péritonéal. Les suites opératoires immédiates ont été simples, marquées par la sortie de la réanimation au 4e jour, une alimentation au 4e jour après la reprise de transit et une ablation des fils au 10e jour post opératoire. Dans le but de dilater les voies biliaires, cette fille avait subit une série de manœuvre de clampage de la sonde de drainage biliaire pendant 48h au cours desquels la fille avait fait un syndrome de cholestase clinique franc suivi de déclampage et ceci à partir du 15e jour post opératoire. Après 15 jours, l'échographie abdominale a montré un canal hépatique propre dilaté à 7 mm. L'enfant a eu une dérivation bilio-digestive sur une anse en Y avec suites simples.

 

 

Discussion Up    Down

Le traumatisme du cholédoque est rare, en dehors des causes chirurgicales qui sont habituelles [2], le mécanisme le plus fréquent chez l'enfant est le coup épigastrique de guidon qui engendre un écrasement du cholédoque contre le rachis lombaire [3]. Dans ce cas la lésion du cholédoque est souvent associée à une lésion des organes intimes de voisinage à savoir le duodénum, le pancréas et le foie, et parfois le tronc cœliaque et les gros vaisseaux (l'aorte abdominale et la veine cave inferieure) [2, 3]. Dans notre cas le mécanisme était un coup sur l'épigastre par la barre de la charrette. L'examen clinique est souvent pauvre, une lésion ecchymotique ou pétéchiale parfois constaté dans la région épigastrique de l'enfant associée ou non à des douleurs abdominales modérées; dans les cas ou la prise en charge était tardive, le patient vient dans un tableau de péritonite [2, 4] comme dans notre cas. Les fuites biliaires après traumatisme abdominal sont rares, elles surviennent généralement tardivement dans les trois semaines après le traumatisme [5]. L'échographie et le scanner [6, 7] sont utilisés en première intention dans la détection des fuites biliaires. Ils montrent le plus souvent un épanchement péritonéal de faible à moyenne abondance associé parfois à des lésions des organes de voisinage. D'après Barkun et coll la sensibilité du scanner (95%) est plus élevée que celle de l'échographie (75%) [8]. Mais ces examens manquent de spécificité. La cholangioIRM (CIRM) est une technique non invasive permettant de manière indirecte de détecter une fuite biliaire par la présence d'une collection. Sa sensibilité et sa spécificité pour la détection d'anomalies des voies biliaires sont estimées à 95% pour la sensibilité et 85% pour la spécificité [9]. Dans notre cas seule l'échographie abdominale été faite à cause du contexte d'urgence et elle n'avait pas apporté de diagnostic et elle n'a pas montré de lésions des organes avoisinants.

 

Le traitement de la péritonite biliaire due aux lésions traumatiques biliaires est médico-chirurgical et il doit être conduit en urgence. Ce traitement a été très bien discuté dans la littérature avec beaucoup de controverse [10, 11] mais le but commun est de maitriser l'inflammation péritonéale due au contact de la bile avec le péritoine et de permettre un écoulement facile de la bile dans le tube digestif. Le volet médical de ce traitement consiste à une réanimation avec un remplissage vasculaire associée à un triple antibiothérapie. En ce qui concerne le volet chirurgical qui doit commencer par un traitement endoscopique ou radiologique percutané en cas de disponibilité [12], à défaut de ce moyen, le traitement consiste premièrement à une toilette péritonéale abondante suivie d'un drainage externe des voies biliaires, habituellement par un drain de Kehr pendant quelques semaines. Le traitement définitif diffère selon la localisation et l'étendu de la lésion de la lésion et selon les habitudes du chirurgien. L'anastomose termino-teminale est physiologique et elle est indiquée si la lésion siège sur la voie biliaire extra hépatique avec une perte de substance biliaire inférieure à 2 cm chez l'adulte [4], mais cette technique nécessite une mobilisation du duodénum et de la tête du pancréas selon le manœuvre de Kocher pour diminuer la tension sur l'anastomose. Si l'écart est important et l'anastomose biliaire termino-terminale n'est pas possible à cause de la tension, le traitement consiste à une dérivation bilio-digestive cholédocho-jejunostomie selon Roux sur une anse en Y [2, 4, 13]. Cette dérivation est de plus en plus difficile et sera soldée à des complications type de sténose ou de fistule si la voie biliaire est fine ce qui était le cas de notre patiente. Pour augmenter le diamètre du cholédoque on a procédé à une dilatation iatrogène en clampant la sonde de drainage pendant 48h puis déclampage pendant 24h. A noter qu'à chaque fois qu'on clampait la sonde de drainage, la fille faisait un syndrome de choléstase qui disparait rapidement après le déclampage. Cette manœuvre à permis après 15 jours d'avoir un calibre du canal hépatique commun de 7 mm ce qui a facilité la dérivation bilio-digestive.

 

La gravité de cette affection est réellement débattue dans la littérature, Selon la plupart des auteurs, le taux de morbidité postopératoire précoce est de 20 à 30% et le taux de mortalité de 0 à 2% [13-15]. Plusieurs complications ont été décrites après la chirurgie réparatrice des lésions des voies biliaires à savoir, les suppurations de la paroi, l'éventration, l'angiocholite, les abcès profonds, les sténoses anastomotiques, les sepsis et les défaillances multi viscérales [14, 16]. Quant à la péritonite biliaire la mortalité rapportée par des séries anciennes était très élevée entre 30 et 71% [16, 17], Tochi et al rapporte un taux de mortalité à 7,7% [1]. La preuve d'un traitement chirurgical réussi est l'absence de sténose de l'anastomose biliaire. Dans les centres de référence, un résultat positif après réparation chirurgicale de la lésion biliaire est observé chez 70 à 90% des patients [16]. Les deux tiers (65%) des sténoses biliaires récurrentes se développent dans les 2 à 3 ans suivant la reconstruction, 80% dans les 5 ans et 90% dans les 7 ans [18]. Les sténoses récidivantes 10 ans après l'intervention chirurgicale sont également décrites dans la littérature [13]. Une durée de suivi nécessaire pour évaluer les résultats à long terme est de 2 à 5 ans [13, 15, 19]. Certains auteurs recommandent 10 à 20 ans d'observation [20].

 

 

Conclusion Up    Down

La section isolée du cholédoque chez l'enfant est une pathologie rare, elle doit être évoquée devant tout traumatisme abdominal. L'exploration radiologique n'a pas de grand apport au début du tableau clinique. La complication redoutable est la péritonite biliaire qui est mortelle, le traitement consiste à une dérivation bilio-digestive qui se déroule habituellement en deux temps. Le pronostic est mauvais si la prise en charge est tardive.

 

 

Conflits d'intérêts Up    Down

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d’intérêts.

 

 

Contributions des auteurs Up    Down

Tous les auteurs ont contribué à la conduite de ce travail. Ils déclarent également avoir lu et approuvé la version finale du manuscrit.

 

 

Figures Up    Down

Figure 1: péritonite biliaire avec épanchement bilieux abondant

 

 

Références Up    Down

  1. Trochi G. Pronostic des péritonites. Med Mal Infect. 1995; 25:20-37. Google Scholar

  2. Pioche M, Ponchon T. Management of bile duct leaks. J Visc Surg. 2013; 150(3, Suppl):33-38. PubMed | Google Scholar

  3. Bricault I. Biliary obstruction: Not always simple! Diagn Interv Imaging. 2013;94(7-8):729-740. PubMed | Google Scholar

  4. Barth X, Gondin G, Laroyenne L. Les péritonites primitives généralisées d’origine biliaire de l’adulte: à propos de 38 observations. Lyon Chir. 1985;8:305-9. Google Scholar

  5. Assaban M , Aubé C. Mangafodipir trisodium-enhanced magnetic resonance cholangiography for detection of bile leaks. J Radiol. 2006;87(1):41-7. PubMed | Google Scholar

  6. Jenkins MA, Ponsky JL, Lehman GA. Treatment of bile leaks from the cystohepatic ducts after laparoscopic cholecystectomy. Surg Endosc. 1994;8(3):193-6. PubMed | Google Scholar

  7. Mbarushimana S, Morris-Stiff G, Hassn A. CT diagnosis of an iatrogenic bile duct injury. BMJ Case Rep. 2014;29:1-2. PubMed

  8. Barkun AN, Rezieg M, Mehta SN. Postcholecystectomy biliary leaks in the laparoscopic area: risk factors, presentation, and management. Gastrointest Endosc. 1997;45(3):277-82. PubMed | Google Scholar

  9. Laurent V, Ayav A, Hoeffel C. Imaging of the postoperative biliary tract. J Radiol. 2009;90(7-8):905-917. PubMed | Google Scholar

  10. Tocchi A, Mazzoni G, Liotta G. Management of benign biliary strictures: biliary enteric anastomosis vs endoscopic stenting. Arch Surg. 2000;135(2):153-7. PubMed | Google Scholar

  11. Davids PH, Tanka AK, Rauws EA. Benign biliary strictures. Surgery or endoscopy? Ann Surg. 1993;217(3):237-243. PubMed | Google Scholar

  12. Hall JG, Pappas TN. Current management of biliary strictures. J Gastrointest Surg. 2004;8(8):1098-1110. PubMed | Google Scholar

  13. Ramos-De la Medina A, Misra S, Leroy AJ, Sarr MG. Management of benign biliary strictures by percutaneous interventional radiologic techniques (PIRT). HPB. 2008;10(6):428-432. PubMed | Google Scholar

  14. Sicklick JK, Camp MS, Lillemoe KD. Surgical management of bile duct injuries sustained during laparoscopic cholecystectomy: perioperative results in 200 patients. Ann Surg. 2005;241(5):786-792; discussion 793-795. PubMed | Google Scholar

  15. Ahrendt SA, Pitt HA. Surgical therapy of iatrogenic lesions of biliary tract. World J Surg. 2001;25(10):1360-5. PubMed | Google Scholar

  16. Sikora SS, Pottakkat B, Srikanth G. Postcholecystectomy benign biliary strictures - long-term results. Dig Surg. 2006;23(5-6):304-312. PubMed | Google Scholar

  17. Kayabali I. Péritonites biliaires: étude d’une série de 23 cas. Lyon Chir. 1975;71:103-5. Google Scholar

  18. Milleret P, Combe J, Dreyfus A. Les péritonites biliaires: à propos d’une série de 28 observations. Chirurgie. 1981;107:669-74. Google Scholar

  19. Lillemoe KD, Martin SA. Major bile duct injuries during laparoscopic cholecystectomy: follow-up after combined surgical and radiologic management. Ann Surg. 1997;225(5):459-468; discussion 468-471. PubMed | Google Scholar

  20. Tocchi A, Costa G, Lepre L. The long-term outcome of hepaticojejunostomy in the treatment of benign bile duct strictures. Ann Surg. 1996;224(2):162-7. PubMed | Google Scholar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


The Pan African Medical Journal articles are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 35 (January - April 2020)

Article tools

PDF in process
Contact the corresponding author
Download to Citation Manager
EndNote
Reference Manager
Zotero
BibTex
ProCite


Keywords

Traumatisme
Cholédoque
Péritonite biliaire
Mortalité

Rate this article

Altmetric

PAMJ is a member of the Committee on Publication Ethics
PAMJ Authors services
Next abstract

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2020 - Pan African Medical Journal. All rights reserved