Tuberculose intestinale révélée par une occlusion intestinale aigüe au cours d’une réaction paradoxale au traitement anti-tuberculeux chez un patient immunocompétent: à propos d’un cas et revue de la littérature
Bruce Wembulua Shinga, Alassane Dièye, Ndèye Méry Dia Badiane, Ndèye Aissatou Lakhe, Viviane Marie-Pierre Cisse Diallo, Khadiatou Diallo Mbaye, Daye Ka, Aboubakar Sidikh Badiane, Assane Diouf, Louise Fortes Déguénonvo, Cheikh Tidiane Ndour, Moussa Seydi
The Pan African Medical Journal. 2019;32:173. doi:10.11604/pamj.2019.32.173.17893

Innovations in Measles Elimination Innovations in Measles Elimination
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Case report

Tuberculose intestinale révélée par une occlusion intestinale aigüe au cours d’une réaction paradoxale au traitement anti-tuberculeux chez un patient immunocompétent: à propos d’un cas et revue de la littérature

Cite this: The Pan African Medical Journal. 2019;32:173. doi:10.11604/pamj.2019.32.173.17893

Received: 10/12/2018 - Accepted: 22/02/2019 - Published: 10/04/2019

Mots clés: Tuberculose intestinale, réaction paradoxale, occlusion intestinale aigüe

© Bruce Wembulua Shinga et al. The Pan African Medical Journal - ISSN 1937-8688. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Available online at: http://www.panafrican-med-journal.com/content/article/32/173/full

Corresponding author: Bruce Wembulua Shinga, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Centre Hospitalier National Universitaire de Fann, Dakar, Sénégal (bruliawems@gmail.com)


Tuberculose intestinale révélée par une occlusion intestinale aigüe au cours d’une réaction paradoxale au traitement anti-tuberculeux chez un patient immunocompétent: à propos d’un cas et revue de la littérature

Intestinal tuberculosis revealed by acute bowel obstruction during paradoxical reaction to antituberculosis treatment in an immunocompetent patient: about a case and literature review

Bruce Wembulua Shinga1,&, Alassane Dièye2, Ndèye Méry Dia Badiane2, Ndèye Aissatou Lakhe1, Viviane Marie-Pierre Cisse Diallo1, Khadiatou Diallo Mbaye1, Daye Ka1, Aboubakar Sidikh Badiane1, Assane Diouf1, Louise Fortes Déguénonvo1, Cheikh Tidiane Ndour1, Moussa Seydi1

 

1Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Centre Hospitalier National Universitaire de Fann, Dakar, Sénégal, 2UFR Santé, Université Gaston Berger, Saint-Louis, Sénégal

 

 

&Auteur correspondant
Bruce Wembulua Shinga, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Centre Hospitalier National Universitaire de Fann, Dakar, Sénégal

 

 

Résumé

La tuberculose intestinale représente 3 à 5% de toutes les localisations viscérales. Malgré l'efficacité démontrée des anti-tuberculeux, des cas d'exacerbation du tableau clinique initial ont été décrits à l'initiation du traitement. Ces réactions dites « paradoxales » sont cependant rarement rapportées chez les immunocompétents et beaucoup moins sous forme d'occlusion intestinale. Nous rapportons un cas de tuberculose intestinale révélée par une occlusion intestinale aigüe au cours d'une réaction paradoxale aux anti-tuberculeux. Il s'agit d'un patient de 26 ans, immunocompétent qui a présenté un syndrome occlusif à un mois de traitement d'une tuberculose pleuro-pulmonaire. La tomodensitométrie (TDM) abdominale était en faveur d'une occlusion intestinale grêlique. La laparotomie objectivait une masse intra-péritonéale avec de multiples adhérences. L'examen anatomopathologique de la pièce opératoire était en faveur d'une tuberculose intestinale. L'évolution était favorable après la poursuite du traitement anti-tuberculeux initial.


English abstract

Abdominal tuberculosis accounts for 3 to 5% of all visceral diseases. Despite the demonstrated effectiveness of anti-tuberculosis treatments, some cases of exacerbation of the initial clinical presentation have been described during the initiation of treatment. However, these reactions also known as "paradoxical" have been rarely reported in immunocompetent patients and much less in the case of bowel obstruction. We report a case of intestinal tuberculosis revealed by acute bowel obstruction during paradoxical reaction to anti-tuberculosis treatment. The study included a 26-year old immunocompetent patient with occlusive syndrome after a month of treatment for pleuropulmonary tuberculosis. Abdominal computed tomography (CT) showed small bowel obstruction. Laparotomy objectified intraperitoneal mass with multiple adhesions. Anatomo-pathological examination of the surgical specimen showed intestinal tuberculosis. Patient's outcome was favorable after the continuation of initial antituberculosis treatment.

Key words: Intestinal tuberculosis, paradoxical reaction, acute bowel occlusion

 

 

Introduction    Down

La tuberculose demeure un problème mondial de santé publique. Selon l'organisation mondiale de la santé (OMS) en 2016; 10,4 millions des personnes l'ont contracté avec 1,7 million de décès [1]. Elle est due au mycobacterium tuberculosis, une bactérie à fort tropisme pulmonaire. 14% des cas de tuberculose rapportés dans le monde sont extra-pulmonaires [2]. L'atteinte gastro-intestinale représente 3 à 5% de toutes les localisations viscérales. Elle est révélée par une occlusion intestinale dans 20 à 27% des cas [3]. L'efficacité des anti-tuberculeux n'est plus à démontrer. Toutefois, certains cas d'exacerbation du tableau clinique initial ont été rapportés à l'instauration du traitement. Ces réactions dites « paradoxales » et actuellement mieux décrites dans la littérature sont cependant rarement rapportées chez les immunocompétents et beaucoup moins sous forme d'occlusion intestinale [4]. Nous rapportons un cas de tuberculose intestinale révélée par une occlusion intestinale aigüe au cours d'une réaction paradoxale chez un immunocompétent sous anti-tuberculeux.

 

 

Patient et observation Up    Down

Il s'agissait d'un patient de 26 ans, sans notion de contage tuberculeux retrouvé, qui avait consulté au service des maladies infectieuses et tropicales (SMIT) de l'hôpital Fann pour une toux chronique, une fièvre vespéro-nocturne et une altération de l'état général. Le début de la symptomatologie remonterait à environ 8 mois, marqué par la survenue d'une toux productive ramenant des expectorations jaunâtres non striées de sang, sans douleur thoracique ni dyspnée. Ce tableau évoluait dans un contexte de fièvre vespéro-nocturne, de sueurs nocturnes sans frissons, d'asthénie physique, d'anorexie non sélective et d'amaigrissement non chiffré. Ce tableau avait motivé plusieurs consultations. Une antibiothérapie non spécifique était prescrite sans amélioration. A son admission au SMIT, l'examen retrouvait: une fièvre à 38,5°C, un syndrome de condensation pulmonaire bilatérale et un syndrome d'épanchement pleural liquidien droit. La NFS avait objectivé une hyperleucocytose à 11.000/mm3 avec une CRP positive à 151 mg/L. Les hémocultures étaient négatives, la glycémie à jeun à 0,95 g/l et la sérologie rétrovirale négative. L'analyse du liquide pleural avait objectivé un liquide jaune citrin, exsudatif avec les protides à 40g/L et 320 éléments/mm3 100% lymphocytaire. La bactériologie du liquide pleural était négative de même que le GeneXpert. La radiographie du thorax était en faveur d'une pleuro-pneumopathie droite. La biopsie pleurale n'était pas réalisée. Devant la chronicité du tableau, l'échec de l'antibiothérapie non spécifique et les caractéristiques 'biologiques du liquide pleural, nous avons retenu le diagnostic d'une tuberculose pleuro-pulmonaire. Le patient a été mis sous anti-tuberculeux (2RHZE/4RH). L'évolution a été favorable avec une apyrexie stable et une régression des symptômes pulmonaires. Après un mois de traitement anti-tuberculeux, le patient était revenu en consultation pour une douleur abdominale d'installation progressive, intense à type de colique, diffuse suivie d'un arrêt des matières puis des gaz, accompagnée des vomissements alimentaires puis bilieux et d'un ballonnement abdominal modéré. A l'examen, l'abdomen était ballonné, sensible avec une défense diffuse, tympanique sans bruits hydro-aériques. La radiographie de l'abdomen sans préparation (ASP) mettait en évidence des images hydro-aériques plus larges que hautes de type grêlique Figure 1. La TDM abdominale avait confirmé le syndrome occlusif grêlique avec en plus la présence d'une anse à paroi épaisse, de topographie antéro-médiane encastrée au sein d'un épaississement épiploïque et un épaississement péritonéal pariétal réalisant des foyers de scalopping sur le foie Figure 2. Le patient était référé en chirurgie pour une laparotomie. Le constat per opératoire avait fait état d'une masse intra-péritonéale d'environ 5 cm, blanc-grisâtre, ferme à surface irrégulière avec des multiples adhérences grêlo-grêliques et grêlo-pariétales. L'acte opératoire avait consisté à l'ablation de la masse complétée par une adhésiolyse. Les suites opératoires étaient sans particularité. L'examen anatomopathologique de la pièce opératoire avait objectivé une plage de nécrose éosinophile et acellulaire entourée de cellules épithélioïdes et d'une couronne lymphocytaire associée à des cellules géantes de Langerhans sans signe de malignité. Cet aspect histologique était en faveur d'une tuberculose intestinale caséo-folliculaire. Le traitement anti-tuberculeux était poursuivi jusqu'à six mois et le patient avait été déchargé à J5 post opératoire. L'évolution était favorable avec une disparition des tous les symptômes.

 

 

Discussion Up    Down

Selon les régions, la prévalence de la tuberculose extra-pulmonaire (TBE) variait entre 20 et 25% en 2009 [2]. Actuellement, nous assistons à une relative augmentation des cas. Au Sénégal le nombre des cas de TBE enregistré est passé de 1366 en 2011 à 1618 en 2013, soit une augmentation de 8,1% en 2 ans [5, 6]. Cette augmentation serait due en partie à l'expansion de l'infection à VIH. La tuberculose gastro-intestinale reste cependant, une forme rare de TBE. C'est le 6ème foyer extra-pulmonaire et la principale cause d'occlusion intestinale dans les pays en voie de développement [3, 7]. Un foyer pulmonaire est associé dans 20 à 25% des cas. Dans ce contexte, l'atteinte digestive est d'autant plus fréquente et massive que l'atteinte pulmonaire est sévère [3, 8]. Environ 2 à 23% des patients mis sous anti-tuberculeux connaissent une exacerbation de leur tableau clinique initial et/ou une apparition d'un nouveau foyer actif [4, 9]. Connu depuis 1984, cette réaction « paradoxale » à l'initiation des anti-tuberculeux reste une éventualité rare chez les immunocompétents et exceptionnellement révélée par des signes d'atteinte digestive [9-11]. Quoi que ces derniers soient divers et variés, 75 à 90% des patients se plaignent des douleurs abdominales et d'amaigrissement. Par ailleurs, le tableau clinique peut être d'emblée celui d'une complication à savoir une occlusion intestinale (20% des cas) ou exceptionnellement une perforation viscérale ou une hémorragie digestive [3, 12]. Notre patient était immunocompétent et a présenté une tuberculose intestinale compliquée d'une occlusion intestinale aigüe au cours d'une réaction paradoxale survenue à un mois d'anti-tuberculeux. Le diagnostic de la tuberculose intestinale est difficile vu le caractère peu accessible et pauci-bacillaires des lésions. L'imagerie a une grande valeur d'orientation mais manque de spécificité. La culture sur une pièce de biopsie n'est positive que dans 10 à 20% des cas et nécessite 1 à 2 semaines. La Polymerase Chain Reaction (PCR) quant à elle, permet d'obtenir une réponse rapide mais présente à la fois une faible sensibilité et spécificité pour cette localisation [3, 13]. Kulkarni et al. identifient l'examen anatomopathologique comme étant le gold standard pour le diagnostic de la tuberculose intestinale [5].

 

Chaabane et al. décrivent 4 formes macroscopiques des lésions tuberculeuses intestinales: la forme ulcéreuse qui est fréquente sur terrain immunodéprimé, la forme hypertrophique plus rencontré chez les immunocom-pétents, la forme sténosante plus souvent grêlique et la forme ulcéro-hypertrophique qui peut mimer une néoplasie digestive [8]. Chez notre patient, l'aspect macroscopique des lésions intestinales était de type hypertrophique avec des foyers d'épaississement grêlique et épiploïque. L'aspect microscopique de granulome à cellules géantes de type Langhans avec une nécrose caséeuse centrale est très suggestif de la tuberculose. Lorsqu'il est présent et typique, le diagnostic est presque certain [14, 15] comme ce fut le cas chez notre patient. Dans la pratique, la réaction paradoxale est un diagnostic d'exclusion. Toute exacerbation du tableau clinique chez un patient déjà sous anti-tuberculeux doit systématiquement faire rechercher une pathologie intercurrente, une résistance aux anti-tuberculeux ou une inobservance thérapeutique [16]. Une fois retenu, la conduite thérapeutique consiste à maintenir les anti-tuberculeux initiaux. La durée du traitement dépendra donc des foyers actifs présents. Pour ce qui nous concerne, le traitement de la tuberculose digestive est médical en dehors des complications telles que l'occlusion intestinale, la perforation des viscères ou un syndrome hémorragique qui nécessitent un traitement chirurgical [3]. Le Centers for Disease control (CDC) et l'American Thoracic Society (ATS) s'accordent sur un régime thérapeutique identique à la tuberculose pulmonaire à savoir de 6 mois de traitement (2RHZE+4RH) [17, 18]. Notre patient était observant et n'avait aucun argument en faveur d'une pathologie intercurrente. La culture ou le GeneXpert de la pièce biopsique n'étant pas réalisés chez notre patient, nous ne pouvions pas à priori, exclure formellement la possibilité d'une résistance aux anti-tuberculeux instaurés. Toutefois, la bonne évolution sous le même traitement anti-tuberculeux constitue un argument indirect de taille. Lee et al. ont rapporté un cas similaire de réaction paradoxale révélé par une sub-occlusion intestinale chez un immunocompétent à 3 mois d'anti-tuberculeux pour une tuberculose pulmonaire. Dans cette observation, le patient avait subi une chirurgie digestive et avait bien évolué sous le même traitement anti-tuberculeux initial [11]. Ha et al. ont par ailleurs rapporté que la survenue d'une occlusion intestinale sous anti-tuberculeux pourrait s'expliquer par à une fibrose cicatricielle causée par un foyer intestinale méconnue mais présente dès l'initiation du traitement [12]. Notre patient n'avait présenté aucun signe digestif à l'initiation du traitement. Toutefois, nous ne pouvons pas exclure formellement l'existence d'une atteinte digestive concomitante au foyer pulmonaire initial qui se serait secondairement compliquée d'occlusion intestinale sur brides adhérentielles. Ainsi cette hypothèse reste envisageable en dehors de la réaction paradoxale.

 

 

Conclusion Up    Down

L'atteinte intestinale est la 6ème forme extra-pulmonaire de la tuberculose et la principale cause d'occlusion intestinale dans les pays en voie de développement. Son apparition au cours d'une réaction paradoxale aux anti-tuberculeux bien que rare reste possible, même chez un immunocompétent. Toutefois, elle reste un diagnostic d'exclusion.

 

 

Conflits d’intérêts Up    Down

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d'intérêts.

 

 

Contributions des auteurs Up    Down

Tous les auteurs ont contribué à l'élaboration de ce travail. Tous ont lu et approuvé la version finale du manuscrit.

 

 

Figures Up    Down

Figure 1: radiographie de l’abdomen sans préparation montrant des niveaux hydo-aériques de type grélique

Figure 2: TDM abdominale montrant une dilation d’anses contranstant avec des anses plates et un côlon plat

 

 

Références Up    Down

  1. WHO. Global tuberculosis report 2017. Accessed November 20 2018.

  2. WHO. Treatment of tuberculosis: guidelines. 4th ed, Genève. 2010. Google Scholar

  3. Chaabane NB, Mansour WB, Hellara O, Melki W, Loghmeri H, Bdioui F et al. La tuberculose gastro-intestinale. Hépato Gastro. 2012; 19(1): 28-35. Google Scholar

  4. Bell LCK, Breen R, Miller F, Noursadeghi M, Lipman N. Paradoxical reactions and immune reconstitution inflammatory syndrome in tuberculosis. International Journal of Infectious Diseases. 2015; 32: 39-45. PubMed | Google Scholar

  5. Mjid M, Cherif J, Salah NB, Toujani S, Ouahchi H, Zakhama B et al. Epidemiology of tuberculosis. Rev Pneumol Clin. 2014; 71(2-3): 67-72. PubMed | Google Scholar

  6. Diallo AB, Kollo AI, Camara M, Lo S, Ossoga GW, Mbow M et al. Performance du GeneXpert MTB/RIF® dans le diagnostic de la tuberculose extra-pulmonaire à Dakar: 2010-2015. Pan African Medical Journal. 2016; 25: 129. PubMed | Google Scholar

  7. Sharif A, Akhtar T, Zia N. Intestinal Obstruction-Etiological and Treatment Outcome. Journal of Rawalpindi Medical College. 2015; 19(3): 215-219. Google Scholar

  8. Chong VH, Lim KS. Gastrointestinal tuberculosis. Singapore Med J. 2009; 50(6): 638. PubMed | Google Scholar

  9. Brown CS, Smith CJ, Breen RA, Ormerod LP, Mittal R, Fisk M et al. Determinant of treatment-related paradoxical reactions during anti-tuberculous therapy: a case control study. BMC Infectious Diseases. 2016; 16: 479. Google Scholar

  10. Chambers ST, Hendrickse WA, Record C, Rudge P, Smith H. Paradoxical expansion of intracranial tuberculomas during chemotherapy. Lancet. 1984; 2(8396): 181-184. PubMed | Google Scholar

  11. Lee CW, Chang WH, Shih SC, Wang TE, Chang CW, Bair MJ. Gastrointestinal tract pseudo-obstruction or obstruction due to Mycobacterium tuberculosis breakthrough. International Journal of Infectious Diseases. 2009; 13(4): e185-187. PubMed | Google Scholar

  12. Ha HK, Ko GY, Yu ES, Yoon K, Hong WS, Kim HR et al. Intestinal tuberculosis with abdominal complications: radiologic and pathologic features. Abdom Imaging. 1999; 24(1): 32-38. PubMed | Google Scholar

  13. Kulkarni S, Vyas S, Supe A, Kadival G. Use of polymerase chain reaction in the diagnosis of abdominal tuberculosis. J Gastroenterol Hepatol. 2006; 21(5): 819-23. PubMed | Google Scholar

  14. Tandon HD, Prakash A. Pathology of intestinal tuberculosis and its distinction from Crohn's disease. Gut. 1972; 13(4): 260-269. PubMed | Google Scholar

  15. Shah KK, Pritt BS, Alexander MP. Histopathologic review of granulomatous inflammation. Journal of clinical tuberculosis and other Mycobacterial Diseases. 2017; 7: 1-12. Google Scholar

  16. Shah I, Chilkar S, Patil M, Uma A. Acute respiratory distress during paradoxical reaction to antituberculous therapy in an 8-month-old child. Lung India. 2012; 29(4): 382-383. PubMed | Google Scholar

  17. Nahid P, Dorman SE, Alipanah N, Barry PM, Brozek JL, Cattamanchi A et al. Official American Thoracic Society/Centers for Disease Control and Prevention/Infectious Diseases Society of America Clinical Practice Guidelines: Treatment of Drug-Susceptible Tuberculosis. Clin Infect Dis. 2016; 63(7): e147-e195. PubMed | Google Scholar

  18. Jullien S, Jain S, Ryan H, Ahuja V. Six-month therapy for abdominal tuberculosis. Cochrane Database of Systematic Reviews. 2016; 11: CD012163. PubMed | Google Scholar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


The Pan African Medical Journal articles are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 32 (January - April 2019)

Article tools

PDF in process
Contact the corresponding author
Download to Citation Manager
EndNote
Reference Manager
Zotero
BibTex
ProCite


Keywords

Tuberculose intestinale
Réaction paradoxale
Occlusion intestinale aigüe

Rate this article

Altmetric

PAMJ is a member of the Committee on Publication Ethics
PAMJ Authors services
Next abstract

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2019 - Pan African Medical Journal. All rights reserved