Bactériémie à Kingella denitrificans chez un enfant suivi pour un syndrome d’insuffisance médullaire
Abdeslam Hiddou, Yassine Zemmrani, Yassine Ahroui, Nabila Soraa
The Pan African Medical Journal. 2017;28:83. doi:10.11604/pamj.2017.28.83.13698

Create an account  | Log in
CCS Congress 2018 CCS Congress
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Case report

Bactériémie à Kingella denitrificans chez un enfant suivi pour un syndrome d’insuffisance médullaire

Cite this: The Pan African Medical Journal. 2017;28:83. doi:10.11604/pamj.2017.28.83.13698

Received: 25/08/2017 - Accepted: 12/09/2017 - Published: 27/09/2017

Mots clés: Kingella denitrificans, bactériémie, enfant

© Abdeslam Hiddou et al. The Pan African Medical Journal - ISSN 1937-8688. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Available online at: http://www.panafrican-med-journal.com/content/article/28/83/full

Corresponding author: Abdeslam Hiddou, Service de Microbiologie, CHU Mohammed VI, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc (hiddouabdeslam@hotmail.com)


Bactériémie à Kingella denitrificans chez un enfant suivi pour un syndrome d’insuffisance médullaire

Bacteremia due to Kingella denitrificans in a child followed-up for bone marrow failure syndrome

Abdeslam Hiddou1,&, Yassine Zemmrani1, Yassine Ahroui1, Nabila Soraa1

 

1Service de Microbiologie, CHU Mohammed VI, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc

 

 

&Auteur correspondant
Abdeslam Hiddou, Service de Microbiologie, CHU Mohammed VI, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc

 

 

Résumé

Kingella denitrificans est un micro-organisme faisant partie de la flore oropharangienne non pathogène. Ce germe est récemment reconnu responsable d'infections invasives opportunistes qui surviennent essentiellement sur des terrains d'immunodépression. Ainsi, Il nous a paru intéressant de rapporter un cas de bactériémie due à Kingella denitrificans, bacilles gram négatif de culture difficile encore exceptionnellement décrit dans la littérature chez un enfant âgé de 3 ans et 7 mois suivi depuis l'âge de un an pour un syndrome d'insuffisance médullaire avec pancytopénie dont l'origine est restée indéterminée. Les cliniciens et les microbiologistes doivent penser davantage à ce germe surtout sur un terrain débilité. L'utilisation des flacons d'hémoculture contribue d'une façon significative à la détection de ce germe.


English abstract

Kingella denitrificans is a non-pathogenic micro-organism present in oropharyngeal flora. This germ has been recently recognized as responsible for opportunistic invasive infections mainly affecting immunosuppressed patients. We here report the case of a child aged 3 years and 7 months followed-up since the age of one year for bone marrow failure syndrome associated with pancytopenia of undetermined origin who had bacteremia due to Kingella denitrificans, a group of difficult to culture gram-negative bacteria rarely described in the literature. Clinicians and microbiologists should suspect the presence of this germ especially in immunosuppressed patients. The use of blood culture bottle contributes in a significant way to the detection of this germ.

Key words: Kingella denitrificans, bacteremia, child

 

 

Introduction    Down

Le genre Kingella comprend essentiellement deux espèces rarement isolées en bactériologie clinique: Kingella kingae et Kingella denitrificans. Ce genre appartient à la famille des Neisseriaceae, et est étroitement lié aux genres Neisseria et Eikenella. Les infections causées par les espèces Kingella sont peu fréquentes, et généralement sont considérées comme des microorganismes commensaux des voies respiratoires supérieures avec un potentiel pathogène faible. Kingella denitrificans, coccobacille exigeant à Gram négatif a été récemment reconnu comme responsable d'infections opportunistes invasives, types endocardites, bactériémies et rarement des méningites [1]. Nous décrivons ici l'observation d'un enfant de 3 ans et 7 mois pris en charge pour un syndrome d'insuffisance médullaire d'origine indéterminée avec une pancytopénie, qui s'est compliqué d'une bactériémie à Kingella denitrificans.

 

 

Patient et observation Up    Down

Il s'agissait d'un enfant âgé de 3 ans et 7 mois, issu d'un mariage consanguin 1er degré, qui est suivi depuis l'âge d'un an pour un syndrome d'insuffisance médullaire d'origine indéterminée avec une pancytopénie dont le bilan étiologique était non concluant. Il a été transfusé à plusieurs reprises à raison d'une fois par mois. L'enfant ayant comme antécédents une sœur décédée à l'âge de 18 mois pour maladie de Byler. Le début de la symptomatologie remonte à 3 jours de la date de la consultation, par l'installation brutale d'une fièvre associée à des diarrhées glaireuses non sanglantes à raison de 8 selles par jours sans vomissements ni douleurs abdominales ou autres signes infectieux notamment pulmonaires. Le tout évoluant dans un contexte de fièvre chiffrée à 39-40°, et d'une intense pâleur cutanéomuqueuse avec altération de l'état générale. L'examen clinique a trouvé un enfant conscient tachycarde à 120bpm et polypnéique à 40cpm avec un syndrome infectieux (fièvre 39-40°), un syndrome anémique (intense pâleur cutanéomuqueuse, asthénie) sans syndrome hémorragique et sans autre anomalies notamment pas de syndrome tumoral ou adénopathie et avec un tableau de déshydratation sévère. A côté du bilan paraclinique standard fait de NFS (Hb: 6.2 g/dl, VGM:76 fL, TCMH:27 pg, GB: 2300, PNN 390 /mm3, Lymphocytes à 1850 Plaquettes à 55000 /mm3), CRP (42mg/l), coproculture (absence de germe entéropathogénes spécifiques), ECBU (stérile), échographie abdominale (sans particularité), radio thorax (sans particularité), des hémocultures ont été demandées. L'enfant a été hospitalisé, réhydraté et a été mis sous une biantibiothérapie empirique à base de C3G (50mg/kg/j) et gentamycine 3mg/kg/j en plus d'une transfusion par des culots phénotypés en attendant une documentation bactériologique.

 

Les hémocultures réalisées les premiers jours d'hospitalisation, avant toute antibiothérapie sont revenues positives après 72heures d'incubation à 37°C sur l'automate d'hémoculture (BACTEC FX BD). L'examen direct a montré la présence de nombreux bacilles à gram négatif polymorphes, de taille variée avec de nombreuses formes courtes, ils sont disposés souvent par paires et sont immobiles à l'état frais. Le repiquage était positif uniquement sur milieux enrichis (Chocolat polyvitex et gélose columbia au sang frais) après une incubation à 37°C en atmosphère aérobie avec 5% de CO2, et la pousse était lente sous forme de très petites colonies translucides (Figure 1). Ces colonies étaient oxydase positive, catalase négative, uréase négative et indol négative, n'hydrolyse pas la gélatine, réduit les nitrates en nitrites, fermente le glucose et le maltose mais pas le xylose (Tableau 1). Une identification automatisée (BD phoenix) et manuelle (Galeries API NH) ont permis de confirmer l'espèce Kingella denitrificans. L'étude de la sensibilité aux antibiotiques a été réalisée selon la technique de diffusion des disques en milieu gélosé, et l'interprétation a été faite selon les normes du Comité de l'antibiogramme de la Société française de microbiologie (CA-SFM/EUCAST). La souche était sensible aux antibiotiques suivants: bêtalactamines (amoxicilline, amoxicilline acide clavulanique, céfalotine, céfotaxime, imipenème) - aminosides (amikacine, gentamicine, tobramycine) - Chloramphénicol - Tétracycline - Erythromycine, Pristinamycine - Acide nalidixique - Triméthoprimesulfaméthoxazole. Le test chromogénique a montré que la souche isolée ne produisait pas de bêtalactamase. Au total, les résultats des caractères morphologiques, culturaux et biochimiques ont permis de porter le diagnostic d'une bactériémie à Kingella denitrificans. Le traitement a été réajusté ensuite en fonction des résultats de l'antibiogramme (amoxicilline + gentamycine) et une amélioration clinique et biologique a été obtenue avec notamment le retour progressif de l'apyrexie.

 

 

Discussion Up    Down

Le genre Kingella a été décrit par Henriksen et Bovre en 1976 [2], il est connu par sa croissance lente et fastidieuse. C'est un cocco-bacille à gram négatif aérobie ou anaérobie facultative (pousse mieux en aérobiose qu'en anaérobiose). Deux types de colonies sont habituellement distingués sur gélose au sang: les unes s'étalent, creusent la surface de la gélose (le diagnostic différentiel avec Eikenella peut se poser); les autres sont lisses et convexes sans autres propriétés. Kingella appartient à la famille des Neisseriaceae, qui comprend également les genres Neisseria, et Ekinella. Les quatre espèces connues du genre kingella sont: Kingella kingae, Kingellaindologènes, Kingella denitrificans et Kingellaoralis. Ces espèces saprophytes des muqueuses et du tractus respiratoire supérieur sont peu fréquemment isolées, mais sans doute méconnues la plupart du temps. Parmi ceux-ci, K. Kingae est l'espèce la plus rapportée en pathologie humaine. L'incidence des infections dus à K. Kingae a été signalée avec une fréquence croissante au cours des dernières années. Les plus rapportées en matière des infections dues à K. Kingae sont les abcès, la méningite, l'ostéomyélite, Les infections ophtalmiques, la cellulite, l'épiglottite et les infections de la cavité péritonéale [3-5]. Bien que K. denitrificans ne soit pas une bactérie pathogène spécifique, elle occasionne parfois de sérieuses infections opportunistes. Il s'agit notamment de l'endocardite, de l'empyème, la chorioamnionite et la maladie granulomateuse Secondaire au sida [6-9]. On ne connait pas les facteurs qui contribuent à la virulence de cet organisme. Cependant, une étude antérieure a montré que K. denitrificans possède des pillis de type IV et des phénotypes qui sont associés à cette virulence [10]. L'immunodéficience est susceptible d'avoir un rôle dans la pathogenèse des infections dues à cet organisme. Au moins 6 des patients qui ont été décrits dans la littérature ayant une infection a Kingella denitrificans avaient une immunodépression : 2 patients avec un lupus érythémateux systémique, 1 patient avec une cirrhose du foie, 1 patient recevant des corticostéroïdes, 1 patient avec leucémie lymphocytaire aiguë, et 1 patient avec le sida [6-9]. La plupart des tests de sensibilité du genre Kingella aux antimicrobiens ont été basés sur les résultats des tests des isolats de K. kingae, et ont indiqué une sensibilité aux beta-lactamines, aux aminoglycosides, au chloramphenicol et au triméthoprime-sulfaméthoxazole. Parmi les six cas signalés d'endocardite causés par K. denitrificans, cinq ont été traités avec succès avec de la pénicilline, de l'ampicilline ou de ces molécules associées à un aminoglycoside pendant 4 semaines [1,6]. L'utilisation de céphalosporines a entraîné une bonne réponse clinique dans les cas d'infection due à Kingella [5], mais ceux-ci ont été remplacés par la pénicilline ou l'ampicilline pour l'achèvement de la thérapie ou utilisés comme thérapie alternative dans le cadre de l'allergie à la pénicilline.

 

 

Conclusion Up    Down

La fréquence d'isolement de Kingella denitrificans reste sous-estimée dans notre contexte. Ainsi, et dans un contexte d'immunodépression, Les cliniciens et les microbiologistes doivent penser davantage à ce germe qui est récemment reconnu responsable d'infections invasives opportunistes qui surviennent essentiellement sur des patients fragilisés.

 

 

Conflits d’intérêts Up    Down

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d'intérêts.

 

 

Contributions des auteurs Up    Down

Z.Y. a fait la collecte des données cliniques avec une relecture. A.Y. a fait la traduction et la relecture. S.N. a fait une relecture avec une correction finale. Tous les auteurs ont lu et approuvé la version finale du manuscrit.

 

 

Tableau et figure Up    Down

Tableau 1: les caractéristiques biochimiques de Kingella denitrificans

Figure 1: aspect des colonies de Kingella denitrificans après 48h d’incubation

 

 

Références Up    Down

  1. Brown AM, Rothburn MM, Roberts C, Nye FJ. Septicemia with probable endocarditis caused by Kingella denitrificans. J Infect. 1987; 15(3):225-8. Google Scholar

  2. Henriksen SD, Bovre K. Transfer of Moraxella kingaeHenriksen and Bovre to the genus Kingella gen novin the family Neisseriaceae. Int J SystBacteriol. 1976; 26:447-50. Google Scholar

  3. Moylett EH, Rossman SN, Epps HR, Demmler GJ. Importance of Kingella kingae as a pediatric pathogen in the United States.Pediatr Infect Dis J. 2000; 19(3): 263-5. PubMed | Google Scholar

  4. Yagupsky P, Dagan R. Kingella kingae bacteremia in children. Pediatr Infect Dis J. 1994; 13(12): 1148-9. PubMed | Google Scholar

  5. Kerlikowske K, Chambers HF. Kingella kingae endocarditis in a patient with the acquired immunodeficiency syndrome. West J Med. 1989; 151: 558-60. PubMed | Google Scholar

  6. Goldman IS, Ellner PD, Francke EL, Garvey GJ, Squilla N. Infective endocarditis due to Kingella denitrificans. Ann In- tern Med. 1980; 93(1): 152-3. PubMed | Google Scholar

  7. Khan JA, Sharp S, Mann KR, Brewer J. Kingella denitrificans prosthetic endocarditis. Am J Med Sci. 1986; 291(3): 187-9. PubMed | Google Scholar

  8. Molina R, Baró T, Torné J, Miralles R, Gutiérrez J, Solsona JF, Alía C. Empyema caused by Kingella denitrificans and Peptostreptococcus spp in a patient with bronchogenic carcinoma. Eur Respir J. 1988; 1(9): 870-1. PubMed | Google Scholar

  9. Minamoto GY, Sordillo EM.Kingella denitrificans as a cause of granulomatous disease in a patient with AIDS.Clin Infect Dis. 1992; 15: 1052-3. PubMed | Google Scholar

  10. Weir S, Marrs CF. Identification of type 4 pili in Kingella denitrificans. Infect Immun. 1992; 60: 3437-41. PubMed | Google Scholar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


The Pan African Medical Journal articles are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 29 (January - April 2018)

Article tools

Rate this article

Altmetric

PAMJ is a member of the Committee on Publication Ethics
Next abstract

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2018 - Pan African Medical Journal. All rights reserved