Hypertension artérielle pulmonaire au cours de la sclérodermie à propos de 12 cas
Maboury Diao, Mouhamadou Bamba Ndiaye, Adama Kane, Malick Bodian, Nadége Christelle Tchintchui, Alassane Mbaye, Mouhamadoul Mounir Dia, Moustapha Sarr, Assane Kane, Serigne Abdou Ba
The Pan African Medical Journal. 2012;11:9. doi:10.11604/pamj.2012.11.9.408

Create an account  |  Sign in
EPI Helina 2017
"Better health through knowledge sharing and information dissemination "

Case series

Hypertension artérielle pulmonaire au cours de la sclérodermie à propos de 12 cas

Cite this: The Pan African Medical Journal. 2012;11:9. doi:10.11604/pamj.2012.11.9.408

Received: 22/11/2010 - Accepted: 11/11/2011 - Published: 18/01/2012

Mots clés: Hypertension artérielle pulmonaire, sclérodermie, Sénégal

© Maboury Diao et al. The Pan African Medical Journal - ISSN 1937-8688. This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Available online at: http://www.panafrican-med-journal.com/content/article/11/9/full

Corresponding author: Docteur Mouhamadou Bamba NDIAYE, Cardiologue, Hôpital Aristide Le Dantec, Avenue Pasteur, Dakar, Sénégal (Pr Serigne Abdou BA), Hôpital Général de Grand Yoff, BP: 6633 Dakar étoile, Sénégal (bambandiaye1975@gmail.com)


Hypertension artérielle pulmonaire au cours de la sclérodermie à propos de 12 cas

 

Maboury Diao1, Mouhamadou Bamba Ndiaye1, Adama Kane1, Malick Bodian1, Nadége Christelle Tchintchui1, Alassane Mbaye2, Mouhamadoul Mounir Dia1, Moustapha Sarr1, Assane Kane1, Serigne Abdou Ba1

 

1Hôpital Aristide Le Dantec, avenue Pasteur, Dakar, Sénégal, 2Hôpital Général de Grand Yoff, Dakar, Sénégal

 

 

&Auteur correspondant
Docteur Mouhamadou Bamba Ndiaye, Cardiologue, Hôpital Aristide Le Dantec, Avenue Pasteur, Dakar Sénégal, (Pr Serigne Abdou BA), Hôpital Général de Grand Yoff, BP: 6633, Dakar Etoile, Sénégal

 

 

Introduction

La sclérodermie systémique est une maladie du tissu conjonctif interstitiel et vasculaire associée à des anomalies du système immunitaire, conduisant à une fibrose extensive et une oblitération vasculaire [1]. L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) constitue l’une des principales causes de mortalité des patients atteints de sclérodermie systémique particulièrement de ses formes limitées. Elle survient le plus souvent tardivement dans l’évolution de la maladie et connait plusieurs mécanismes [2].

 

En Occident, sa fréquence est estimée à environ 16% [3], par contre en Afrique, les études sont rares avec des fréquences disparates. Notre étude a pour objectif d’étudier les aspects épidémiologiques et évolutifs de l’HTAP au cours de la sclérodermie systémique.

 

 

Méthodes

Nous avons réalisé une étude transversale descriptive concernant une cohorte de patients hospitalisés ou suivis en ambulatoire pour sclérodermie systémique, au service de Dermatologie de l’hôpital Aristide Le Dantec de Dakar entre le 01 Janvier 2000 et le 31 Août 2009. Ces patients avaient bénéficié d’une exploration cardio-vasculaire au service de Cardiologie du même hôpital. Les patients hospitalisés ou suivis à titre externe, atteints de sclérodermie systémique dont le diagnostic était confirmé selon les critères de l’American College of Rheumatology (ACR) [4] et qui avaient bénéficié d’une échocardiographie Doppler, étaient inclus.

 

Nous n’avions pas inclu les patients atteints de sclérodermie systémique n’ayant pas bénéficiés d’une échocardiographie Doppler, les patients atteints de sclérodermie localisée, les patients chez qui le diagnostic de sclérodermie systémique n’était pas confirmé et les situations d’HTAP sans sclérodermie systémique.

 

Les paramètres étudiés étaient : les données épidémiologiques, les antécédents (obstétricaux, circonstances de découverte de la maladie, notion d’exposition aux solvants organiques, existence de cas familiaux de sclérodermie systémique et d’HTAP), l’existence ou non de diabète, d’HTA, d’asthme, d’une affection cardiaque préexistante (valvulopathie ou une autre atteinte), de prise d’anorexigènes. Nous avons en outre apprécié les données cliniques (dont les signes fonctionnels cardio-vasculaires, dermatologiques), les signes généraux (constantes hémodynamiques, état général), les signes d’examen physique des appareils et systèmes.

 

Les données paracliniques biologiques (créatininémie, protéinurie des 24 heures, bilan immunologique), électrocardiographiques, radiographiques, échocardiographiques, fonctionnelles respiratoires étaient étudiées de même que le traitement.

 

L’évolution était appréciée sur la durée d’hospitalisation, la ré-hospitalisation, le suivi à court, moyen et long terme et sur la survenue de complications fatales ou non. Sur le plan statistique nous avons élaboré une fiche d’enquête qui a servi de support aux données. La saisie et l’analyse des données ont été effectuées sur le logiciel SPSS 17.0 (Statiscal Package For Social Sciences) for windows.

 

 

Résultats

Durant la période d’étude, nous avions colligé 142 cas de sclérodermie dont 83 avaient bénéficié d’une échocardiographie Doppler parmi lesquels 12 présentaient une HTAP, soit une prévalence hospitalière de 14,45%. L’âge moyen était de 43,58 ± 12,5 ans (extrêmes de 22 et 60 ans) avec une prédominance féminine (9 femmes pour 3 hommes). La durée moyenne d’hospitalisation était de 27,8± 14 jours (extrêmes de 11 et 64 jours), la durée moyenne d’évolution de 4,6 ± 2,1 années (extrêmes de 4 mois et de 20 ans). Les antécédents étaient représentés par l’hypertension artérielle retrouvée chez deux patients. Il n y avait pas de cas de prise d’anorexigènes ni d’antécédent familial de sclérodermie et d’HTAP. La symptomatologie fonctionnelle était dominée par la dyspnée stade II à IV (9 cas) et le syndrome de Raynaud (8 cas). Les signes digestifs étaient représentés par une dysphagie et un reflux gastro-oesophagien respectivement dans 3 cas. L’examen dermatologique avait mis en évidence: des macules hypochromiques en « moucheture » chez 9 malades, une sclérose cutanée chez 8 malades (66,66%), une alopécie chez 5 patientes (41,67%), des ulcérations et des cicatrices stellaires pulpaires des doigts de la main et des pieds compliquant le syndrome de Raynaud (Figure 1) chez 4 malades (33,33%). L’examen cardio-vasculaire notait une arythmie auscultatoire chez 4 patients (33,33%), un éclat de B2 pulmonaire chez 7 patients (58,33), un souffle systolique xyphoïdien dans 5 cas (41,67) et des signes d’insuffisance cardiaque droite dans 5 cas (41,67). A la biologie on notait une créatininémie élevée dans deux cas et la protéinurie de 24 heures était positive chez 3 patients.

 

Les anticorps antinucléaires retrouvés sont résumés dans le Tableau 1. Les anticorps anticentromères avaient été retrouvés dans 16,67% des cas, en association avec les anticorps anti B2GP1 dans 1 cas (il s’agit de l’anticorps du syndrome des antiphospholipides). Les anticorps anti Scl70 étaient notés chez 1 patient. Le bilan immunologique n’était pas déterminé chez 7 patients.

 

Les anomalies électrocardiographiques étaient notées chez 8 malades (66,66%). Il s’agissait de troubles de rythme chez 5 malades (41,67%), d’hypertrophie auriculaire droite dans 3 cas et ventriculaire droite dans 4 cas. La radiographie du thorax avait mis en évidence une cardiomégalie chez 6 patients (50 %), une dilatation de l’artère pulmonaire dans 5 cas, des images de fibrose pulmonaire dans 4 cas. La fuite tricuspidienne, constamment retrouvée à l’échocardiographie Doppler, était importante dans 58,3% des cas (Tableau 2).

 

La pression artérielle pulmonaire systolique (PAPs) moyenne était de 66,25 ±29,3 mmHg (extrêmes de 35 et de 132 mmHg) Figure 2. L’évaluation de la fonction ventriculaire droite par le TAPSE (tricuspid annular plane systolic excursion) avait trouvée un TABSE moyen de 17,2 mm (extrêmes de 12 mm et de 22 mm), un TAPSE normale (supérieur ou égale à 15 mm) dans 3 cas, bas (inférieur à 15 mm) dans 2 cas et indéterminée chez 7 patients. La dilatation des cavités cardiaques droites (Figure 3, Figure 4, Figure 5) était notée dans 41,67% des cas et l’épanchement péricardique chez 3 patients (Figure 4). L’exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) retrouvait un syndrome obstructif dans deux cas, un syndrome restrictif et un syndrome mixte respectivement chez un patient.

 

Les pathologies associées étaient une dermatomyosite, une thyroïdite d’Hashimoto et un syndrome des antiphospholipides. Sur le plan évolutif on notait quatre décès (33,3%) en rapport avec une mort subite (1 cas), une insuffisance cardiaque droite terminale (2 cas) et une insuffisance rénale chronique terminale associé à une cardiomyopathie dilatée (1 cas). Le suivi des malades avait permis d’enregistrer 4 cas de réhospitalisation. Le suivi était régulier chez 5 malades et 4 malades étaient perdus de vue.

 

 

Discussion

La prévalence hospitalière de l’HTAP au cours de la sclérodermie systémique dans notre série est de 14,45%. Cette prévalence apparaît variable d’une étude à l’autre. Elle dépend en effet des méthodes de dépistage employées ainsi que des cohortes étudiées. Elle est de 5 % dans le travail de Battle [5], de 13 % (prévalence cumulée) dans l’étude de MacGregor [6] portant sur une cohorte de 152 patients, toutes ces deux études étant basées sur un dépistage échocardiographique. Les données épidémiologiques françaises montrent que la prévalence minimale de I´HTAP associée à la ScS est de l´ordre de 7,8 % [7]. En Afrique, les données sont encore pauvres à cause de la rareté des descriptions portant sur l’HTAP. Nous avons constaté un âge de survenue jeune dans notre travail comme l’a signalé Humbert dans son étude [8] avec un âge moyen de 48± 17 ans. Cependant en Occident, elle apparait beaucoup plus tôt [9,10]. De même la prédominance féminine est en général retrouvée dans la littérature [5,9-11]. Ceci s’expliquerait par le fait que le terrain de prédilection de la sclérodermie systémique est le sexe féminin [6,8,12]. Par contre la durée moyenne d’évolution de la sclérodermie systémique au moment de la découverte de l’HTAP est variable de 4,6±2,1 ans dans notre étude, MacGregor et al [6] retrouvaient 6,4 ans et pour d’autres auteurs elle était supérieure à 10 ans [10,12,13]. Au plan clinique la dyspnée d’effort est le symptôme le plus fréquent de l’HTAP [10], suivi du syndrome de Raynaud (66,67% de nos patients) alors que pour la plus part des auteurs, il représente l’un des premiers signes de la maladie [9,14]. Les macules hypochromiques en moucheture sont également fréquentes [9]. Sur le plan immunologique le taux significatif des anticorps anti-centromères et des anticorps anti-Scl70 différe selon les auteurs [6,12]. Cependant il n y a pas de corrélation entre la présence d’anticorps et la survenue d’HTAP [10,15,16]. L’échocardiographie Doppler était l’examen de référence pour le dépistage de l’HTAP dont la sévérité est variable en moyenne de 54 mmHg [9,10,12]. Les autres anomalies échocardiographiques dans l’HTAP sont représentées par la dilatation des cavités droites, un mouvement paradoxal du septum interventriculaire et une altération de la fonction systolique du VD [17, 9]. En ce qui concerne l’épanchement péricardique, les études échographiques rapportent une prévalence variant entre 16% et 41% [17-19].

 

La précocité du diagnostic est un paramètre clé du pronostic puisque celui-ci est directement corrélé au degré d’élévation de la pression artérielle pulmonaire [6]. Ainsi, en raison de la fréquence et de la sévérité de l’HTAP associée à une ScS, certaines sociétés savantes préconisent la pratique annuelle d’une échocardiographie-Doppler en cas de ScS, même en l’absence de symptôme évocateur d’HTAP [20,21]. Il s’agit de l’examen de choix pour le dépistage de l’HTAP dans la ScS, mais le cathétérisme cardiaque droit reste l’examen de référence pour la confirmation diagnostique [22]. La réduction de la capacité de transfert du CO associée à des volumes pulmonaires normaux est reconnue dans la littérature comme un signe précoce et évocateur de l’hypertension artérielle pulmonaire [10,13,15,23]. Owens [23] a ainsi montré qu’une diminution isolée de la DLCO n’existe que rarement (5%) chez les patients sans hypertension artérielle pulmonaire. La survenue d’une HTAP au cours de la ScS constitue un tournant évolutif de la maladie grevant ainsi cette affection d’une lourde mortalité.

 

Sur le plan de la mortalité, nos résultats se rapprochent de ceux de Hachulla [24] qui avait observé 32% de décès chez les patients porteurs d’une HTAP.

 

 

Conclusion

L’HTAP constitue l’une des complications les plus graves de la sclérodermie systémique. Elle survient le plus souvent tardivement dans l’évolution de la maladie, avec une nette prédominance féminine. L’échocardiographie Doppler est l’examen de choix pour dépister l’HTAP. Sa réalisation est indiquée devant toute suspicion clinique ; elle doit être systématique, une fois par an.

 

 

Conflit d’intérêt

Ce travail n’a aucun conflit d’inrérêt

 

 

Tableaux et figures

Tableau 1: Répartition des patients en fonction des anticorps antinucléaires

Tableau 2: La répartition des malades en fonction de la pression artérielle pulmonaire systolique

Figure 1: Phénomène de Raynaud à la phase asphyxique

Figure 2: Image d’échocardiographie mode 2D, incidence 4 cavités associée au Doppler continu mettant en évidence une HTAP sévère (PAPs à 66 mmHg)

Figure 3: Image d’échocardiographie mode 2D, incidence 4 cavités mettant en évidence une dilatation de l’oreillette droite

Figure 4: Image d’échocardiographie mode 2D, petit axe, transventriculaire montrant un épanchement péricardique circonférentiel de moyenne abondance

Figure 5: Image d’échocardiographie mode TM, coupe parasternale grand axe, incidence transventriculaire montrant une dilatation modérée du ventricule droit

 

 

Références

  1. Fautrel B, Aeschlimann A. Sclérodermies. In Maladies et syndromes systémiques. 4ème édition, Flammarion, Paris 2000; 469- 478

  2. Sanchez O, Humbert M, Sitbon O et al. Pulmonary hypertension associated with connective tissue diseases. Rev Med Interne. 2002 Jan;23(1):41-54. This article on PubMed

  3. Murata I, Takenaka K, Shinohara S et al. Diversity of myocardial involvement in systemic slerosis : an eight year study of 95 japanese patients. Am Heart J. 1998 Jun;135(6 Pt 1):960-9.. This article on PubMed

  4. American Rheumatism Association. Preliminary criteria for the classification of systemic sclerosis (scleroderma). Arthritis Rheum. 1980; 23(5):581-90. This article on PubMed

  5. Battle RW, Davitt MA, Cooper SM et al. Prevalence of pulmonary arterial hypertension in limited and diffuse scleroderma. Chest. 1996 Dec;110(6):1515-9. This article on PubMed

  6. MacGregor AJ, Canavan R, Knight C, et al. Pulmonary hypertension in systemic sclerosis : risk factors for progression and consequences for survival. Rheumatology (Oxford). 2001 Apr;40(4):453-9.. This article on PubMed

  7. Carpentier PH, Feuillade ML, Santacreu JM et al. Variations géographiques de la prévalence et de l’incidence de la sclérodermie systémique. Rev Méd Interne. 1999; 20 : 560-565

  8. Humbert M, Morrell NW, Archer SL et al. Cellular and molecular pathobiology of pulmonary arterial hypertension. J Am Coll Cardiol. 2004 Jun 16;43(12 Suppl S):13S-24S. This article on PubMed

  9. Koh ET, Lee P, Gladman DD et al. Pulmonary hypertension in systemic sclerosis: an analysis of 17 patients.Br J Rheumatol. 1996 Oct;35(10):989-93. This article on PubMed

  10. Launay D, Hachulla E, Hatron PY et al. Dépistage de l’hypertension artérielle pulmonaire au cours de la sclérodermie systémique : étude d’une cohorte de 67 patients. Rev Med Interne. 2001; 22 : 819-29. This article on PubMed

  11. Yedomon HG, Ango-Padonou FD. La sclerodermie: Etude épidémio-clinique de 20 cas. Médecine d'Afrique Noire. 1991; 38 (7) : 491-496

  12. Schachna L, Wigley FM, Chang B. Age and Risk of Pulmonary Arterial Hypertension in Scleroderma. Chest. 2003 Dec;124(6):2098-104. This article on PubMed

  13. Ungerer RG, Tashkin DP, Furst D, et al. Prevalence and clinical correlates of pulmonary arterial hypertension in progressive systemic sclerosis. Am J Med. 1983 Jul;75(1):65-74. This article on PubMed

  14. Juillet Y, Bogaert O, Crickx B et al. La cardiopathie sclérodermique : à propos de 155 sclérodermies généralisées. Arch Mal Coeur Vaiss. 1980 Sep;73(9):1019-26.. This article on PubMed

  15. Stupi AM, Steen VD, Owens GR et al. Pulmonary hypertension in the CREST syndrome variant of systemic sclerosis. Arthritis Rheum. 1986 Apr;29(4):515-24. This article on PubMed

  16. Yousem SA. The pulmonary pathologic manifestations of the CREST syndrome. Hum Pathol. 1990 May;21(5):467-74. This article on PubMed

  17. Anveri A, Graniger W, Schneider B et al. Cardiac involvement in systemic sclerosis. Arthritis Rheum. 1992 Nov;35(11):1356-61. This article on PubMed

  18. Gottdiener JS, Moutsopoulos HM, Decker JL et al. Echocardiographic identification of cardiac abnormality in scleroderma and ralated disorders. Am J Med. 1979 Mar;66(3):391-8.. This article on PubMed

  19. Smith JW, Clements PJ, Levisman J et al. Echocardiographic features of progressive systemic sclerosis : correlation with hemodynamic and post mortem studies. Am J Med. 1979 Jan;66(1):28-33. This article on PubMed

  20. British Cardiac Society Guidelines and Medical Practice Committee, and approved by the British Thoracic Society and the British Society of Rheumatology. British Recommendations on the management of pulmonary hypertension in clinical practice. Heart. 2001 Sep;86 Suppl 1:I1-13. This article on PubMed

  21. Galiè N, Manes A, Farahani KV, Pelino F, Palazzini M, Negro L, Romanazzi S, Branzi A. Pulmonary arterial hypertension associated to connective tissue diseases. Lupus. 2005;14(9):713-7. This article on PubMed

  22. Rubin LJ. Primary pulmonary hypertension. N Engl J Med. 1997 Jan 9;336(2):111-7. This article on PubMed

  23. Owens GR, Follansbee WP. Cardiopulmonary manifestations of systemic sclerosis. Chest. 1987 Jan;91(1):118-27. This article on PubMed

  24. Hachulla E, Carpentier P, Gressin V, Diot E, Allanore Y, Sibilia J, Launay D, Mouthon L, Jego P, Cabane J, de Groote P, Chabrol A, Lazareth I, Guillevin L, Clerson P, Humbert M; ItinérAIR-Sclérodermie Study Investigators. Risk factors for death and the 3-year survival of patients with systemic sclerosis: the French ItinérAIR-Sclérodermie study. Rheumatology (Oxford). 2009 Mar;48(3):304-8. This article on PubMed

 

 

 

 

 

 


The Pan African Medical Journal articles are archived on Pubmed Central. Access PAMJ archives on PMC here

Volume 27 (May - August 2017)

Article tools

Rate this article

Altmetric

PAMJ is a member of the Committee on Publication Ethics

PAMJ is published in collaboration with the African Field Epidemiology Network (AFENET)
Currently tracked by: DOAJ, AIM, Google Scholar, AJOL, EBSCO, Scopus, Embase, IC, HINARI, Global Health, PubMed Central, PubMed/Medline, Ulrichsweb, More to come . Member of COPE.

ISSN: 1937-8688. © 2017 - Pan African Medical Journal. All rights reserved