Article abstract


L'arrêt cardiaque au bloc opératoire est un événement redoutable, ces étiologies sont multiples. Nous rapportons le cas d'une patiente de 53 ans sans antécédents pathologiques particuliers, programmée pour cure chirurgicale d'une tumeur de l'intestin grêle. 20 minutes après l'induction anesthésique la patiente a présenté une asystolie rapidement réversible après les mesures de réanimation, l'association d'un rush cutané du visage et du thorax a fait suspecter une réaction anaphylactoïde tardive. L'amélioration rapide de la patiente a permis l'autorisation d'une reprise de l'intervention. Le début de la manipulation tumorale a occasionné une deuxième bradycardie extrême rapidement résolutive après 0,5 mg d'atropine, une réapparition du rush cutané au niveau du visage et du thorax a été observée, cette deuxième complication a rapidement fait suspecter une crise carcinoïde conduisant à l'administration du sandostatine. Aucun incident n'a été signalé ultérieurement, la patiente a passée 24 heures en réanimation sous une perfusion de sandostatine. Les valeurs du 5-HIAA urinaire étaient très élevées et l'examen histologique de la pièce opératoire a confirmé la nature carcinoïde de la tumeur. Nous soulignons la rareté de cette entité et l'intérêt de penser à une crise carcinoïde devons la survenue de complications peropératoires au cours d'une anesthésie pour tumeur de l'intestin grêle.


English abstract

Cardiac arrest in the operating room is a life-threatening event with multiple causes. We report the case of a 53-year old female patient with no particular past medical history scheduled for surgery to manage small intestine cancer. Twenty minutes after anesthetic induction the patient had asystole rapidly reversible after resuscitation measures. The association of face rash with chest rash gave rise to suspicion of late anaphylactic reaction. Rapid patient recovery allowed to resume surgical procedure. Tumor manipulation immediately caused a second severe bradycardia rapidly reversible after the administration of 0.5 mg atropine. Skin rush at the level of the face and the chest occurred again. This second complication immediately gave rise to suspicion of carcinoid crisis. Sandostatine was then administered. No other complication occurred, the patient spent 24 hours in the Intensive Care Unit receiving sandostatine infusion. Urinary 5-HIAA values were very high and histological examination of the surgical specimen confirmed carcinoid tumor. This study aims to highlight the rarity of this entity and the importance of suspecting carcinoid crisis in patients with intraoperative complications during anesthesia for small intestine tumor surgery.

Key words: Asystole, small intestine tumor, anaphylaxis, carcinoid crisis