Article abstract


Les hémoglobinopathies sont des affections constitutionnelles conséquentes à des anomalies des hémoglobines. Elles sont souvent graves dans leurs formes majeures, leur prise en charge est lourde avec un grand impact psycho-social sur les patients et leur famille. Classées parmi les maladies rares, elles sont encore insuffisamment connues des professionnels de santé. Cette méconnaissance est à l'origine d'une errance diagnostique, d'un retard dans leur prise en charge et par conséquent une morbidité et une mortalité élevée chez ces patients. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a publié en 2008 des données concernant l'épidémiologie des hémoglobinopathies: plus de 330000 cas naissent chaque année avec une hémoglobinopathie (83% des cas de drépanocytose, 17% des cas de thalassémie). Les troubles de l'hémoglobine sont responsables d'environ 3,4% des décès chez les moins de 5 ans. A l'échelle mondiale, 7% environ des femmes enceintes seraient porteuses d'une forme de la thalassémie et 1% des couples sont à risque. Toutefois, elles sont relativement fréquentes dans certaines régions du globe où les mariages consanguins sont communs. Afin de décrire les caractéristiques épidémiologiques des familles à risque d'hémoglobinopathies (étude autour du cas) dont les cas index sont suivis au service de pédiatrie à l'Hôpital Provincial El Idrisi de Kenitra au Maroc, une étude transversale descriptive a été réalisée durant deux enquêtes la première en mai 2015 et la deuxième en juin de la même année lors des journées de vaccination des cas index contre le pneumocoque. Après avoir recueilli les données épidémiologiques de nos patients, nous avons réalisé une étude biologique comportant: l'hémogramme avec étude morphologique des globules rouges en coloration MGG et numération automatique des réticulocytes; les électrophorèses de l'hémoglobine à pH alcalin (8.8) et secondairement à pH acide (5.4) sur gel d'agarose avec intégration densitométrique. 275 patients ont présenté des profils compatibles à une hémoglobinopathie. La majorité de ces malades étaient issus de mariages consanguins (83.1%) et originaires de régions situées dans le nord du Maroc. L'enquête familiale a permis de retrouver les familles à risque, chez lesquelles on note une fréquence élevée de drépanocytose. Nos résultats confirment l'existence de différents types d'hémoglobinopathies dans la population marocaine.


English abstract

Hemoglobinopathies are congenital disorders resultimg from hemoglobin abnormalities. Major forms are often severe, their management is difficult and associated with a great psychosocial impact on patients and their families. They are classified as rare diseases and are still insufficiently known by health professionals. This lack of knowledge is at the origin of diagnostic errors, delay in their management and therefore high morbidity and mortality rate for these patients. In 2008, the World Health Organization (WHO) has published data on hemoglobinopathies epidemiology: more than 330.000 cases of hemoglobinopathy occur each year (83% of cases of sickle cell anemia, 17 % of cases of thalassemia). Hemoglobin disorders are responsible for approximately 3.4% of deaths among people under the age of 5. At the global level, approximately 7% of pregnant women would be carriers of a form of thalassemia and 1% of couples are at risk. However, they are relatively frequent in some regions of the globe where consanguineous marriages are common. We conducted a descriptive cross-sectional study based on two surveys, the first in May 2015 and the second in June of the same year. It was performed in the immunization days to deliver pneumococcal vaccine to the index cases and it was aimed to describe the epidemiological features of families at risk of hemoglobinopathies (index case study), whose index cases were treated in the Department of Pediatrics at the Provincial Hospital El Idrisi, Kenitra, Morocco. After having collected the epidemiological data from patients, laboratory tests were performed including: blood count with red blood cells morphological assessment using the MGG assay and automatic numbering of reticulocytes; hemoglobin electrophoresis at alkaline pH (8.8) and then at acid pH (5.4) on agarose gel and densitometric integration. 275 patients had laboratory profiles compatible with hemoglobinopathy. The majority of these patients were born to consanguineous marriages (83.1%) and came from the north regions of Morocco. This family survey allowed to identify families at risk with a high frequency of sickle cell anemia. Our results confirm the existence of hemoglobinopathies variants among Moroccan population.

Key words: Epidemiology, thalassemias, sickle cell disease, anaemia, Kenitra, Morocco