Article abstract


Dans le cadre de son plan d’élimination de la transmission de la mère à l’enfant du VIH , le Sénégal a adopté depuis 2012 l’option B+ de l’OMS consistant en une mise sous trithérapie systématique des femmes enceintes séropositives, associée à l’allaitement maternel et la mise sous prophylaxie antirétrovirale (ARV) de leurs nourrissons. L’objectif de notre étude était d’étudier les risques de transmission mère - enfant du VIH et le devenir nutritionnel des nourrissons dans l’option B+. Il s’agissait d’une étude rétrospective descriptive réalisée du 1er septembre 2012 au 30 avril 2015 au Centre Hospitalier Roi Baudouin de Guédiawaye. Ont été inclus tous les nourrissons dont les mères ont été sous trithérapie, ayant bénéficié d’un allaitement maternel protégé et d’une prophylaxie ARV et chez qui la sérologie du 14ème mois a été réalisée. Les paramètres étudiés étaient l’âge et le profil sérologique de la mère, le statut sérologique du père, le partage du statut au sein du couple, la conduite de l’alimentation du nourrisson, la prophylaxie ARV reçue par le nourrisson, l’état nutritionnel à 6 et 12 mois et le statut sérologique du nourrisson à 14 mois. Sur 126 nourrissons suivis dans le cadre de la PTME, 42 soit 33,33% respectant les directives de l’option B+ ont été inclus dans l’étude. L’âge des mères variait entre 15 et 42 ans avec une moyenne de 31 ans. La majorité des mères (88,1%) étaient porteuses du virus de type 1 et 11,9% de type 2; 20 couples (47,62%) étaient séroconcordants, 14 sérodifférents tandis que le statut sérologique était inconnu ou non investigué chez 8 pères (19,05%). Une différence significative entre le profil sérologique des pères et le partage (p<0,05) était retrouvée. La majorité des enfants (88,1 %) était née par voie basse à terme (95,2%), avec un poids de naissance moyen de 2880 grammes. Concernant la prophylaxie reçue, la majorité des nourrissons était sous monothérapie prophylactique, 27(64,28%) sous NVP, et 4 (9,52%) sous AZT, alors que 11 (26,19%) étaient sous trithérapie à base de AZT+3TC+NVP. L’AME était effectif chez 80,9% des nourrissons et le sevrage à 12 mois chez 80,9% des nourrissons. Sur le plan nutritionnel, à 6 mois 12% et 7,1% avaient respectivement une MAM et une MAS. A 12 mois 19,1% avaient une MAM. La sérologie rétrovirale était négative chez l’ensemble des 42 nourrissons à 14 mois. L’option B+ reste une stratégie de lutte efficace pour réduire le taux de la TME. Cependant la malnutrition précoce des nourrissons exige un soutien nutritionnel des mères allaitantes de même qu’un accompagnement psychosocial de qualité.


English abstract

As part of its Plan to eliminate mother-to-child transmission of HIV, Senegal has adopted, since 2012, WHO's B + option, which consists of systematic triple therapy for HIV-positive pregnant women associated with breastfeeding and antiretroviral (ARV) prophylaxis for their infants. Our study aims to analyze the risks of mother-to-child transmission of HIV and the nutritional outcome of infants undergoing B + option. Material and methods: We conducted a descriptive, retrospective study at the King Baudouin health center in Guédiaway from 1 September 2012 to 30 April 2015. All infants whose mothers were on triple therapy, undergoing protected breastfeeding, ARV prophylaxis and serological test at 14th months were included in the study. The parameters studied were mother's age and serological profile, father's serological status, the sharing of the status within the couple, infant nourishing, infant ARV prophylaxis, nutritional status at 6 and 12 months and serological status of the infant at 14 months. Out of the 126 infants undergoing PMTCT program, 42 or 33.33% of infants following the B + guidelines were included in the study. The age of mothers ranged from 15 to 42 years, with an average age of 31 years. The majority of mothers (88.1%) carried type 1 virus and 11.9% carried type 2 virus; 20 couples (47.62%) were sero-concordant, 14 were serodifferent, while the serological status was unknown or not investigated in 8 fathers (19.05%). A significant difference between fathers' serological profile and the sharing status (p <0.05) was found. The majority of infants (88.1%) were born at term via vaginal delivery (95.2%), with an average birth weight of 2880 grams. In relation to prophylaxis, the majority of infants received prophylactic monotherapy, 27 (64.28%) received NVP, 4 (9.52%) received AZT, while 11 (26.19%) received triple combination of AZT + 3TC + NVP. The AME was effective in 80.9% of infants and weaning began at 12 months in 80.9% of infants. In relation to nutritional status, at 6 months 12% and 7.1% of infants had MAM and MAS respectively. At 12 months, 19.1% of infants had MAM. Retroviral serology was negative in all the 42 infants at 14 months. B + option is an effective strategy to reduce the MTCT rate. However, early malnutrition in children requires nutritional support for breastfeeding mothers as well as a good psychosocial support.

Key words: PMTCT, HIV, option B +, nutrition